Jeux de hasard et d'argent: cartographie du risque

 

Les dernières années ont donné lieu à plusieurs avancées qui permettent d’appréhender le rôle que joue l’environnement bâti dans la dynamique du développement des comportements individuels et des habitudes de vie dans la population. Ces avancées sont ici mises à profit pour porter un regard sur les déterminants sociaux et environnementaux entourant la pratique des jeux de hasard et d’argent (JHA) dans la population montréalaise, ainsi que sur les impacts préjudiciables qu’ils sont susceptibles d’entraîner.

  • La cartographie produite par l’équipe de la Direction régionale de santé publique du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’île-de-Montréal illustre la distribution du risque associé aux JHA dans la région.
  • Elle offre un outil pouvant contribuer à orienter les efforts déployés par différents acteurs en vue de prévenir les impacts négatifs des JHA.
  • Elle offre également la possibilité de porter un regard sur l’articulation de l’offre de jeux d’argent dans notre région, en tenant compte du rôle structurant que jouent les environnements pour favoriser la santé et la qualité de vie.

» Consulter les documents:

Méthodologie

La méthode utilisée dans l’application de l’indice de vulnérabilité est celle de la superposition d’images (Raster Overlay). Préalablement, chacune des variables composantes de l’indice de vulnérabilité a été modélisée et transformée en une image composée de pixels ayant différentes valeurs.

La méthode de superposition consiste à superposer et à additionner ces images l’une après l’autre afin de produire un résultat final qui serait la somme ou le cumul des facteurs de risque.

Dans cette méthode, la valeur des pixels des différentes images (provenant des différents facteurs composant l’indice de vulnérabilité) ayant la même position géographique est additionnée.

La méthode de superposition est idéale lorsque l’on veut combiner les caractéristiques de plusieurs sources d’information en une seule information. Elle est particulièrement intéressante dans la mesure du niveau de risque de vulnérabilité puisqu’elle permet l’addition de plusieurs composantes.

Ainsi, le résultat d’une telle superposition d’images est une valeur par cellule qui déterminera le niveau de risque. Plus ce chiffre est élevé plus le niveau de vulnérabilité est important.

Source

Direction régionale de santé publique du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal